fbpx

Peut-on vivre sans télé ?

2 à 3% des Français refusent d’avoir la télé chez eux. Qui sont ces réfractaires du petit écran ? Bertrand Bergier, sociologue, professeur à Nantes et à
l’Université catholique de l’ouest, à Arradon, a mené une enquête pour le découvrir.

En se lançant à la recherche de ces gens, Bertrand Bergier pensait découvrir une espèce en voie de disparition. En fait, il a trouvé une espèce en voie de
développement. Ce sociologue a enquêté auprès de 566 ménages et il en a tiré les grands types. D’abord, ceux qui refusent la télé « parce qu’elle symbolise la perte des valeurs ou parce qu’elle est considérée comme un outil de manipulation politique », souligne-t-il. Ensuite, ceux qui considèrent que la télé est dépassée : ce sont les adeptes de l’internet, les 25-35 ans. Enfin, les « héritiers », nés avant 1955, qui n’ont jamais vu chez eux la télé et n’ont pas eu envie de s’équiper.

D’après Letelegramme.com

 SAMPLE MONOLOGUE :

Introduction :

Cet extrait provient d’un article publié sur le site internet Letelegramme.com, sous le titre “Peut-on vivre sans télé ?”. Comme son intitulé le suggère, il propose une réflexion sur un sujet contemporain important : la vie sans télévision. Alors que la télévision reste un élément central dans nos maisons et nos vies, un nombre restreint de personnes ont opté pour une existence dépourvue de cet appareil. Qui sont ces individus et quelles sont les raisons qui les motivent ? C’est ce que nous examinerons au cours de cet exposé.

Développement :

Selon les études menées par Bertrand Bergier, un sociologue reconnu, les individus qui choisissent de vivre sans télévision peuvent être classés en plusieurs catégories distinctes. En premier lieu, certains considèrent que la télévision est synonyme de déclin des valeurs ou la perçoivent comme un instrument de manipulation politique. Par exemple, Jeanne, une mère de famille, a pris la décision de se débarrasser de son téléviseur après avoir observé les effets néfastes des émissions sur ses enfants. Pour elle, le rejet de la télévision constitue un moyen de préserver sa famille des influences négatives et de privilégier des activités plus enrichissantes.

Par la suite, on trouve les jeunes adultes, souvent qualifiés de “natifs du numérique”, qui jugent la télévision obsolète. Ils optent plutôt pour les plateformes de streaming, les réseaux sociaux et les services de vidéo à la demande pour assouvir leurs besoins d’information et de divertissement. Par exemple, Martin, âgé de 27 ans, privilégie les documentaires sur YouTube et les séries sur Netflix plutôt que les programmes télévisés classiques. Pour lui, la télévision ne correspond plus à son mode de vie dynamique et connecté.

Pour terminer, il existe les “héritiers”, ceux qui sont nés avant l’omniprésence de la télévision dans les foyers et qui n’ont jamais ressenti le besoin de s’équiper. Ces individus ont grandi dans un contexte où la radio et les livres étaient les principales sources de divertissement et d’information. Par exemple, Henri, âgé de 75 ans, se remémore les soirées en famille consacrées à écouter des émissions radiophoniques et à feuilleter des livres. Pour lui, la télévision n’a jamais fait partie intégrante de son univers culturel.

La présence des “réfractaires du petit écran” pose des interrogations significatives quant à notre interaction avec les médias et la technologie. Décider de vivre sans télévision revient à prendre une distance vis-à-vis d’une forme de divertissement omniprésente, à refuser d’être submergé par le flot incessant d’images et d’informations diffusées à l’écran. Toutefois, ce choix peut également signifier renoncer à une source importante de divertissement et d’information.

Conclusion :

La télévision joue un double rôle : elle est à la fois une source d’information et de divertissement, mais peut également être perçue comme une distraction envahissante. Il est essentiel de rester conscient des influences des médias et de faire des choix qui correspondent à notre bien-être et à nos convictions personnelles.

Malgré le rôle central que joue la télévision dans nos vies, il est crucial de reconnaître l’existence d’alternatives et de divers moyens pour s’informer et se divertir. Cette diversité témoigne de la richesse de notre société et nous incite à être critiques dans nos choix médiatiques.

En conclusion, la question de vivre sans télévision est complexe et suscite des débats diversifiés. Chaque individu possède ses propres motivations pour faire ce choix, que ce soit par conviction, par respect de certaines valeurs, par préférences personnelles ou tout simplement pour s’adapter à son mode de vie. Il est essentiel de respecter la diversité des décisions individuelles et de reconnaître que chacun est libre de définir sa relation avec les médias selon ses propres critères.

If you found this article helpful, stay connected with us on Instagram  Facebook  pour des conseils en langue française, des leçons et des mises à jour régulières. Rejoignez notre groupe Facebook
Rejoignez notre groupe Telegram Suivez-nous sur LinkedIn Abonnez-vous à notre chaîne YouTube
Consultez notre section Blog ici : BLOG

Donnez-nous l’opportunité de faire partie de votre parcours réussi d’apprentissage du français en ligne pour les examens DELF/TEF Canada/TCF Canada
Pour entrer en contact, écrivez-nous par WhatsApp au +91-9056131830 ou par email à l’adresse lingorelic@gmail.com.